Expositions en cours

PROJECT ROOM : LA PUCE A L’OREILLE

Plus d'informations...

avec Arman, Art Press, ArTitudes, Gretchen Bender, Aline Dallier-Popper, Dirk de Bruyn, Marcel Duchamp, Don Foresta, Le G.R.A.V., Otto Hahn, Pierre Henry, Pontus Hultén, Alain Jouffroy, Kanal Magazine, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, Robert Lebel, Babette Mangolte, Orlan, Gina Pane, Paris Experimental, François Pluchart, La Quinzaine Littéraire, Pierre Restany, Mimmo Rotella, Michael Snow, Tacet : Experimental Music Review, Wolf Vostell

Commissariat : Anabelle Lacroix

La Puce à l’Oreille est une exposition thématique qui propose une traversée des Archives de la critique d’art sous l’angle de l’expérimentation. S’écartant de toute définition d’une pratique, le projet s’attache surtout à mettre en valeur le choix de vocabulaire des critiques d’art pour appréhender la création contemporaine. En effet, dire qu’une exposition ou un événement artistique est « expérimental » peut faire référence à une vraie méthodologie artistique, ou trahit au contraire un manque de vocabulaire, faute de mots pour décrire une pratique qui n’est pas encore comprise – puisque ce qui est expérimental ne cesse d’évoluer avec le temps.

L’expérimentation reste une notion d’importance pour les artistes qui l’utilisent pour remettre en cause l’ordre établi. La Puce à l’Oreille est ancrée dans l’acte fondateur de Marcel Duchamp, Katherine Dreier et Man Ray d’avoir créé le premier musée dit « expérimental » à New York : la Société Anonyme (1920-1950). Au travers de l’expérimentation, l’exposition vise à créer des liens entre les pratiques artistiques et l’avant-garde tout au long du XXe siècle. Avoir « la puce à l’oreille » c’est se douter de quelque chose, penser qu’il y a quelque chose « d’autre » qu’il reste peut être à définir. C’est une image surréaliste qui fait ainsi un clin d’œil au rôle des critiques d’art.

En partenariat avec les Archives de la critique d’art (ACA) et C-E-A (Association française des commissaires d’exposition).

________

This exhibition traverses the Archives of art criticism with a focus on experimentation. Rather than attempting to define a practice, the project aims to highlight the vocabulary chosen by art critics to apprehend contemporary art. To say that an exhibition or artistic event is ‘experimental’ can refer to an artistic methodology, or point to a lack of words to describe a practice that is not yet understood. What is experimental shifts through time.

Yet experimentation is an important notion for artists themselves, who often use it to challenge the established order. La Puce à l’Oreille is rooted in Marcel Duchamp, Katherine Dreier and Man Ray’s act of founding the first ‘experimental’ museum in New York, Société Anonyme (1920-1950). Through the notion of experimentation, this exhibition aims at creating connections between artistic practices and the avant-garde throughout the 20th century. The French expression ‘avoir la puce à l’oreille’, literally ‘to have a flea inside your ear’, means to have doubt. It’s a signal that there is ‘something else’, something to grasp or define. It’s a surrealist image that also points to the role of art critics. ear’ means to have doubt, it’s a signal that there is ‘something else’, something else to grasp or define. It’s a surrealist image that also points to the role of art critics as such.

In partnership with the Archives des la critique d’art [Archives of art criticism] (ACA) and C-E-A (Association française des commissaires d’exposition) [French network of curators].

_
Image : Documents issus du dossier Gina Pane du fonds François Pluchart, INHA – collection des Archives de la critique d’art.