PROJECT ROOM

CE SONT DES MIRAGES DANS DES CHEMISES

CLAIRE CHASSOT, KEVIN HOARAU, JEAN-JULIEN NEY, MELANIE VILLEMOT

14 avril - 25 mai 2017

Vernissage le jeudi 13 avril à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...

L’exposition réunit et présente les productions réalisées par la troisième promotion du programme GENERATOR, un incubateur de jeunes artistes, initié par 40mcube en partenariat avec l’EESAB. Derrière des formes variées, des préoccupations communes apparaissent dans les pratiques respectives de Claire Chassot, Kevin Hoarau, Jean-Julien Ney, Mélanie Villemot.

_

Fermeture durant les vacances universitaires




Télécharger le communiqué de la project room AVELINA FUENTES






Project room : AVELINA FUENTES

15 décembre 2016 - 16 février 2017

Voir les photos
+ d'informations ...

La Galerie Art & Essai est heureuse de consacrer une project room à l’artiste mexicaine Avelina Fuentes. Lectrice avertie d’ouvrages scientifiques, passionnée par le design, la chimie et la biologie – notamment par les processus de genèse et de morphogenèse –, Avelina Fuentes s’intéresse également aux mathématiques et plus précisément aux représentations visuelles de principes mathématiques. Elle s’attache aux glissements qui peuvent s’opérer d’un univers chiffré vers un univers dessiné, à la façon dont les nombres peuvent devenir des lignes, des formes, des images. L’artiste observe et questionne cette nécessité constante qu’a l’esprit humain de rendre le monde plus compréhensible, d’identifier des récurrences, des motifs, des structures sous-jacentes à toutes choses.

Produite au Mexique, l’installation sculpturale Quintessence (2015) – du latin quinta essentia, « cinquième essence » – propose ainsi cinq volumes élémentaires réalisés en aluminium poli. Étudiés entre autres par Léonard de Vinci, Johannes Kepler ou encore Lorenz Stoër, ces polyèdres, familiers d’apparence, ne sont autres que les fameux solides de Platon ; des solides qui, du temps du philosophe, incarnaient les particules élémentaires de l’univers. Chacun des cinq renvoyait alors à un élément de la nature : le tétraèdre au Feu, le cube à la Terre, l’octaèdre à l’Air, l’icosaèdre à l’Eau, et le dodécaèdre au Tout de par sa ressemblance avec la sphère ; « Tout » qui sera désigné ensuite par Aristote comme étant l’Éther, soit l’élément fondamental de l’univers, aujourd’hui nommé par les astrophysiciens « matière noire » ou « matière sombre ».

Exagérément agrandis par l’artiste, les solides proposent ici un dialogue physique avec l’espace de la project room. Entre ombre et lumière, Quintessence fait en effet autant obstacle, que corps avec son environnement. De par la réflexivité et la brillance de l’aluminium qui la compose, l’œuvre absorbe son lieu, tout en le réfléchissant.


Née en 1983 à Saltillo (Mexique), Avelina Fuentes vit et travaille entre Paris et Saltillo.




Télécharger le communiqué de la project room AVELINA FUENTES






Project room : EX.PDF « Exposer les écritures exposées »

Projet labellisé par la MSHB, en partenariat avec le CELLAM / EA3206
Commissariat : label hypothèse

avec Adrien Abline, Julie Béna, Clélia Berthier, Étienne Bossut, Nicolas Chardon, Claude Closky, Claudia Comte, Guillaume Constantin, Antonio Contador, John Cornu, Bruno Di Rosa, Peter Downsbrough, Ivan Liovik Ebel, Christelle Familiari, Michel François, Ann Guillaume & Tom Bücher, Ann Veronica Janssens, Joséphine Kaeppelin, Isabelle Lartault & Michel Verjux, Quentin Lefranc, Muriel Leray, Claude Lévêque, Jonathan Loppin, Mathieu Mercier, Grégoire Motte, Samir Mougas, Pierre la Police, Éric Pougeau, Marine Provost, Babeth Rambault, Francis Raynaud, Lili Reynaud-Dewar, Claude Rutault, Éléonore Saintagnan, Yann Sérandour, Agnès Thurnauer, Hélène Travert, Mathieu Tremblin, Capucine Vandebrouck, Philémon Vanorlé / Société Volatile, Christophe Viart

15 décembre 2016 - 16 février 2017

Voir les photos
+ d'informations ...

Concept éditorial et curatorial, EX.PDF [EX.Portable Document Format] explore différentes formes d’écritures d’ores et déjà montrées publiquement que ce soit dans un cadre urbain, éditorial ou encore artistique.

En relation avec des pratiques contemporaines, EX.PDF propose un ensemble d’images réunies dans un porte-document. Edité en 15 exemplaires et intimement lié au principe du «Do It», ce dernier a pour vocation d’embrayer plusieurs expositions, sous l’impulsion de différents curateurs au sein de différents lieux d’exposition.

Exponentiel, EX.PDF réunit ainsi plus d’une quarantaine de propositions – croquis, fragments textuels, vues d’expositions, photographies documentaires, caviardages, etc. – qui, chacunes à leur manière, mettent en lumière, au fil des monstrations et des contextes, des effets de sens relatifs aux écritures (ré)exposées.


Ce projet est élaboré en partenariat avec le CELLAM (Centre d’Etudes des Langues et Littératures Anciennes et Modernes de l’Université Rennes 2) dans le cadre du projet EX2, et est labellisé par la MSHB (Maison des sciences de l’homme en Bretagne).







Télécharger le communiqué de la project room EX.PDF "Exposer les écritures exposées"






CLÉLIA BERTHIER, PAOLINE PRIOULT & DARTA SIDERE

19 mai 2016 - 24 juin 2016
Vernissage le jeudi 19 mai à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...

Cette project room présente le travail sculptural, installatif et vidéographique de trois artistes : Clélia Berthier, Darta Sidere et Pauline Prioult – lauréate d’une Dinée organisée au sein de l’EESAB. Cette proposition est rendue possible grâce à la dynamique conjointe de La Collective et de l’association &.


Télécharger le communiqué de presse de l'exposition de Clélia Berthier, Paoline Prioult, et Darta Sidere









AURELIE GODARD

12 février 2016 - 10 mars 2016
Vernissage le jeudi 11 février à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...
s

A l’occasion de l’inauguration du 1% artistique d’Aurélie Godard sur le campus Villejean de l’Université Rennes 2, la Galerie Art & Essai est heureuse de consacrer une project room à l’artiste.
Formée à la Villa Arson de Nice puis à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Aurélie Godard développe, depuis plus d’une dizaine d’années maintenant, son travail principalement du côté de la sculpture et de l’installation, tout en menant une réflexion sur la peinture.
Captivée par les questions d’espace et d’échelle, l’artiste présente à la Galerie Art & Essai une proposition spécifique qui prolonge un tissu de relations et d’influences déjà présent dans ses productions antérieures. Autant maquettes que productions sculpturales, les œuvres exposées oscillent ainsi entre différents paradigmes, et affichent un caractère bricolé qui leur confèrent un potentiel de transformation et de narration. Des chaises, réalisées à l’aide de plaques BA13 hydrofuge vert pâle, sont ainsi installées le long des murs comme dans une salle d’attente, tandis que prend place, au centre de l’espace, une tour verticale démesurée, également produite en BA13, arborant un relief quasi cinétique. Rompue à l’exercice, Aurélie Godard se livre ici à une nouvelle construction de mémoire de maquettes de bâtiments modernes. L’hommage est cette fois rendu à l’un des immeubles élevé square des Hautes-Ourmes à Rennes par Georges Maillols, dans les années 1950. Inspiré par Le Corbusier et le mouvement du Bauhaus, et impliqué dans quelques 140 projets de construction à Rennes, cet architecte des « Trente glorieuses » avait pour optique d’élever l’immeuble le plus haut de la ville.
Loin toutefois de vouloir produire une maquette réaliste, Aurélie Godard propose au sein de la project room une adaptation architecturale libre et libérée.

Née en 1979 à Rennes, Aurélie Godard vit et travaille à Paris.



Voir également : « Entre Autres », 1% artistique, bâtiment S, Université Rennes 2, Commande réalisée dans le cadre de l’obligation de décoration des constructions publiques conformément au décret n°2002-677 du 29 avril 2002, modifié



Pour plus d’informations : Aurélie Godard




Télécharger le communiqué de presse d'Aurélie Godard






VOIR L'EXPOSITION

Commissariat : Remi Parcollet, en partenariat avec Documents d’Artistes Bretagne et le Réseau documents d’artistes

12 février 2016 - 10 mars 2016
Vernissage le jeudi 11 février à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...

Voir l’exposition fait suite à une invitation éditoriale du Réseau documents d'artistes à Remi Parcollet pour le site reseau-dda.org. Remi Parcollet travaille sur l’histoire des expositions à partir d’approches contemporaines des archives visuelles. En s'appuyant sur le large corpus d'artistes représentés sur les sites Documents d'artistes en régions PACA, Bretagne, Rhône-Alpes et Aquitaine, il a poursuivi son analyse de la documentation photographique des œuvres en situation d’exposition dans le contexte d’une base de données en ligne.

« Voir l’exposition à la galerie Art & Essai prolonge cette réflexion en s’inscrivant comme un dispositif de monstration. À l’inverse d’une tentative d’exposition dématérialisée, cette mise en espace des bases de données Documents d’artistes évolue de manière processuelle, proposant non plus l’expérience de l’œuvre elle-même mais celle de sa perception lorsqu’elle est exposée à la lumière et aux regards, de sa polysémie et de son image définies au travers du temps et de l’espace. » *

* Extrait de la note d’intention de Remi Parcollet, janvier 2016


> Voir la publication numérique de Remi Parcollet sur le site du Réseau documents d’artistes : Invitations éditoriales - Rémi Parcollet

> Voir l'entretien filmé de Remi Parcollet : Cliquez ici




Télécharger le communiqué de presse de Voir l'exposition






JEREMY DEMESTER

27 novembre 2015 - 22 janvier 2016
Vernissage le jeudi 26 novembre à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...

Pour sa project room à la Galerie Art & Essai, Jérémy Demester présente ses toutes dernières productions picturales intitulées Vin d’Anjou : trois tableaux de format orthogonal, couverts de nombreuses couches de peinture et glacis industriels. Tous sont fixés sur des châssis en laiton qui, tantôt se détachent de la surface murale pour s’incliner d’un côté ou de l’autre, tantôt reposent sur deux doigts en bronze.

Comme dotés d’une pulsation propre, ces tableaux métalliques, de prime abord monochromes, s’animent de reflets holographiques au gré des déplacements du visiteur, et de la lumière qui les nourrit. Pièges visuels, objets alchimiques, surfaces mirifiques, ces peintures nous captivent en déclinant de subtiles variations colorées allant du gris au bleu, en passant par le rose et l’or.

Un ensemble de gravures, cette fois figuratives, sont montrées en regard : des « vierges éparpillées », « des madones pointillistes, qui [pour reprendre les propos de Richard Leydier] donnent la sensation d’être constituées de pigments qu’un simple souffle suffirait à faire disparaitre de la surface du papier ». « En réalité [nous dit l’artiste] lors de son assomption, le corps de la Vierge exploserait dans l’espace, révélant ses viscères ».

Ainsi, des toiles holographiques aux gravures, Jérémy Demester poursuit son projet qui est de peindre la couleur de nos sangs.



Jérémy Demester vit et travaille à Paris. Récompensé par le Prix « Aurige Finance » en 2014 et tout récemment par le Prix des Félicités des Beaux-arts de Paris, il a fait partie de l’exposition collective « Minéral » en juin dernier à la galerie Max Hetzler de Paris. Jérémy Demester expose actuellement à l’ENSBA de Paris, dans le cadre de l’exposition collective « Les Voyageurs » (commissaire : Hou Hanru, jusqu’au 3 janvier 2016) ; ainsi qu’au musée de la Fondation Zinsou à Ouidah au Bénin, dans le cadre d’une exposition personnelle, « Original Zeke » (jusqu’au 10 janvier 2016).

Pour plus d’informations : www.ladesmestria.com



Télécharger le communiqué de presse de l'exposition de gina pane et de Jeremy Demester






ANGÉLIQUE LECAILLE

APEIRON, RIEN NE PÉRIT

25 septembre - 16 octobre 2015
Vernissage le jeudi 24 septembre à 18h

CAROLINE MOLUSSON

JE NE SUIS PAS SÛRE D'ÊTRE LÀ

26 octobre - 13 novembre 2015
Vernissage et performance le vendredi 23 octobre à 18h

Parcours Métrange - expositions / Carte blanche à Contrefaçons

Voir les photos
+ d'informations ...

Le Festival Court Métrange offre une carte blanche au collectif Contrefaçons pour l’organisation d’un parcours d’expositions dans la ville de Rennes. Dans le cadre de la 12e édition du Festival Court Métrange, intitulée Territoire des songes, le collectif Contrefaçons propose un ensemble d’expositions et d’événements permettant d’interroger le réel et ses différentes interprétations. En déplaçant la question du simulacre, il s’agit de penser la fiction et le rêve comme des vecteurs possibles du vrai et l’imaginaire comme une nouvelle dimension du réel, permettant d’en élargir sa perception.

Les expositions d’Angélique Lecaille et de Caroline Molusson, présentées successivement au sein de la project room de la Galerie Art & Essai, invitent à la contemplation : face à l’agitation des forces, à l’espace, à notre propre corps. Les deux artistes interrogent notre rapport au monde et notre perception de l’espace ici et maintenant.
Alors qu’Angélique Lecaille révèle le mouvement du temps dans ses paysages intemporels, le travail artistique de Caroline Molusson découle de réflexions sur la perception et entraîne le spectateur à travers ses propres sensations. Ces deux propositions touchent à l’évanouissement de la pensée, au moment où il ne reste aucune réalité tangible et où seules subsistent les impressions.


Visuel ci-dessus ; Wenzel Jamnitzer, Perspective des solides réguliers - Illustration gravéee, 1568



Evénement / performance : CAROLINE MOLUSSON, JE NE SUIS PAS SÛRE D'ÊTRE LÀ

Vendredi 23 octobre à 18h

Cette performance de Caroline Molusson interroge l’émotion et l’intime à travers la suspension, les arrêts, les silences. Le mouvement est la parole du corps. C’est cette parole qui est mise en jeu dans cette performance. La bande sonore entre en résonance et en tension avec le mouvement.



Télécharger le communiqué de presse de l'exposition






LOUISE BOSSUT

30 avril – 19 juin 2015
Vernissage le jeudi 30 avril à 18h

Voir les photos
+ d'informations ...

Louise Bossut (née en 1979 à Feurs, France) puise son inspiration dans la sphère muséale et la consultation de catalogues et d’ouvrages artistiques.

Cet héritage commun que forme notre culture et les sujets récurrents de la tradition picturale (portraits, nus, natures-mortes, paysages, scènes de genres) nourrissent et infusent toute sa recherche photographique. La chambre grand format, qu’elle découvre durant ses études à l'Ecole de La Cambre à Bruxelles, offre à ses images une qualité plastique et une remarquable précision qui pourrait s’apparenter à une pratique de la peinture à l’huile. Pareil à un peintre face à son chevalet, Louise Bossut prend son temps, analyse, cadre notre époque avec patience et minutie.



<
>